• ITW K. Aisling

    8 - ITW K. Aisling

    K. Aisling nous parle de sa série « Incandescente »

    Bonjour, K. Aisling, tout d’abord je te remercie d’avoir bien voulu répondre à ce jeu de question/réponse ;-) 

    1.   Peux-tu te présenter ? 

    Je me nomme Katia. J’ai 36 ans et je suis Provençale d’origine (née au pays de Tartatin et de la Tarasque mais ayant vécu juste de l’autre côté du Rhône), amoureuse de sa région et de ses traditions. Je vis depuis 11 ans en Moselle après avoir rencontré mon mari et j’ai à présent 3 enfants (3 garçons). Passionnée de littérature depuis que je suis en âge de lire, je suis une Collectionneuse de livres invétérée. La lecture me permet de voyager et de rêver mais ça ne m’empêche pas d’avoir un caractère bien forgé.

     

    2.   L'écriture est-elle ton métier ou en as-tu un autre ?  

    Après un BTS Tourisme, j’ai travaillé dans le commerce puis dans le secrétariat avant de devenir Assistante maternelle afin de pouvoir continuer à élever mes enfants. Mais le rêve ultime serait de pouvoir vivre de ma plume. Vivre de sa passion, que demander de plus ? 

     

    3.   Depuis combien de temps écris-tu ? 

    La toute première fois que je me suis lançée, c’était il y a 13 ans (depuis j’ai perdu ces écrits entre les déménagements). Puis, j’ai repris la plume lorsque mes petits derniers sont entrés à l’école (coup de blues de maman) il y a 5 ans, juste pour moi, sans objectif d’être édité. 

    Et même si je n’écris pas tous les jours, j’apprécie ces moments à moi !

     

    4.   Qu’est-ce qui t’a donné l’envie d’écrire, en général ? 

    Ce fut toujours pour combler un manque. Il y a 13 ans, je m’ennuyais dans ma vie professionnelle et privée. J’ai toujours lu (entre 2 et 3 livres par semaine), et j’ai voulu écrire une histoire qui me plairait tout simplement. Lorsque j’ai commençé Incandescente, c’est le coup de blues de la rentrée de mes bébés et le fait de débuter un nouveau métier, que j’ai choisi pour le bien-être de ma famille, qui m’ont fait franchir le pas. Mais je ne désirais pas être éditée. C’est mon mari qui m’a poussée à franchir le cap en voyant que je bossais très souvent sur l’ordinateur. D’ailleurs, personne n’avait lu Incandescente avant que je ne le présente en ME.

     

    5.   Où puises-tu ton inspiration ? Quelles sont tes habitudes d'écriture ? (heure, endroit, rituel ?...) 

    L’inspiration c’est difficile à dire. Je prends mon plaisir dans la lecture fantastique. Il était évident que je débute par ce genre ! Je savais que je ne désirais pas une héroïne amoureuse transie qui court se réfugier dans les bras de son chéri, donc j’ai adapté (comme d’autres auteurs) l’action, la romance et le fantastique. 

    Mes habitudes : je n’en ai pas ! Avec 7 gosses à la maison et des plannings jamais identiques, c’est impossible. J’écris quand j’ai le temps : le repas est fait, c’est la sieste, j’en profite même si ce n’est que 10 min. Je ne suis pas trop fatiguée, Mr regarde la tv, je m’installe sur le canapé avec lui et mon netbook. Bref, chaque minute est mise à contribution.

     

    6.   Qu’est-ce qui t’a inspiré pour écrire cette série ? 

    Je suis une passionnée de légendes et de mythologie. D’ailleurs l’Histoire a toujours été l’une de mes matières favorites à l’école. Je savais que mon récit se déroulerait au Québec, un pays que je rêve de voir. J’ai simplement cherché quel peuple et son histoire pouvait s’adapter à la trame que j’avais en tête. Ensuite, pour le « phénix », j’ai toujours trouvé que le feu était une matière à la fois belle et dangereuse… un peu comme mon héroïne. 

    7.   Peux-tu nous la présenter, de quoi parle-t-elle ? 

    C’est l’exercice le plus difficile pour moi. Je suis incapable de parler de mon texte ! C’est un comble ! 

    Pour résumer, je mets en scène une jeune femme, Cathye, qui part refaire sa vie au Québec après avoir vécu un drame personnel dont elle peine à se relever. Elle sait quel possède un don qu’elle considère comme maléfique et pense être un monstre. Jusqu’au jour où elle rencontrera un groupe de jeunes gens faisant leurs études dans la même université qu’elle, et qui lui dévoilera qu’elle est précieuse, unique et loin d’être aussi horrible qu’elle le croit. Tous possèdent des talents variés et ils s’uniront pour protéger Cathye qui va se retrouver au centre d’une guerre entre Immortels et Anciens. Des légendes, de l’action, de la romance, de l’amitié, des trahisons, des pertes aussi, bref, bon nombre d’ingrédients pour tenir un lecteur en haleine (du moins je l’espère). 

    8.   Comment t’es venue l’idée d’intégrer des légendes amérindiennes à ton histoire, qui ne sont pas très connues par le public européen ? 

    Comme je désirais vraiment que mon récit se situe au Québec, j’ai fais mes recherches. Les Montagnais sont apparus comme étant parfaitement en raccord avec ce que je désirais raconter. Afin d’être aussi précise que possible et surtout par respect vis-à-vis de ce peuple, je me suis beaucoup renseignée : sur Internet où j’ai pu trouver un dictionnaire Innu-Français (afin de me rapprocher le plus possible du Nehlueun), j’ai également lu un blog d’une jeune femme ayant passée quelques temps au sein de la Réserve de Mashteuiatsh, et j’ai aussi acheté un livre « La Culture Traditionnelle des montagnais de Mashteuiatsh ». Et j’ai fait de même pour le second tome afin de donner des détails collant avec la réalité pour les Mapuches et les Tiriyo. J’ai toujours trouvé totalement injustifié que certains amérindiens soient toujours victimes de racisme, d’injustice de l’Etat, ils ont une Histoire très lourde. Au Chili, au Québec mais aussi dans les autres pays ! Et on n’en parle pas ! Comme si le sujet était tabou. D’ailleurs, les détails que je donne dans mes livres sont tirés de témoignages réels ! En ce qui concerne les lieux, il n’y a que la boîte de nuit que j’ai inventée de toutes pièces. Pour les autres, vous pouvez les voir en réel : manger à la Popessa, aller au centre commercial de Chicoutimi, faire un petit tour à l’Université (même les cours sont identiques à ce que je raconte), visiter Alma, faire une balade sur le lac non loin de chez Alicia, etc… 

    9.   Si cette histoire est déclinée en plusieurs tomes, combien de tomes comptera-t-elle et à combien seraient espacées les dates de sorties ? 

    Incandescente se fera en 3 tomes. Les deux premiers sont déjà sortis. Le troisième est prévu pour mai 2018. Il est grand temps que je m’y mette d’ailleurs… Mais je ne suis pas fermée à des spin-off… 

    10.   Comment sont nés tes personnages ? 

    Je crois que j’ai pris un peu de tous les qualités et défauts de mon entourage, le tout mêlé à mes idéaux… En fait, ils sont arrivés avec fracas dans ma caboche et on fait un tel bazar que j’ai dû les écouter… 

    11.Comment as-tu choisi leurs prénoms ? As-tu d’abord eu l’idée du prénom en lui-même ou cela t’est venu après avoir dessiné leur caractère ? 

    Cathye : c’est moi ! Enfin, mon prénom est Katia. Depuis toute gamine, j’ai eu droit à des Nadia, Fathia ou encore Katie. Mais le comble et ce qui m’a toujours agacé, c’est la façon dont on a écrit mon prénom : avec des C, des H, des Y, résultat, mon personnage féminin a récolté toutes les fautes d’orthographes de mon propre prénom. 

    Gabriel : un prénom que j’ai toujours adoré. J’ai eu 3 fils, et aucun ne s’est appelé Gabriel. Pourquoi ? Mystère… euh non, parce que je ne voulais que des origines celtes (encore mon côté mythologique qui ressort). 

    Pour les autres, ça a coulé de source. Les Chiliens ont hérité des prénoms mapuches : Lautaro, Newén et Tintaya. Pour les Montagnais, comme lors de la colonisation, beaucoup ont été converti au catholicisme, les prénoms ont été de même. Quant à la fratrie Gabriel, Raphaël et Lina (de son véritable prénom Marie-Anna), ils sont irlandais du côté de leur mère, et leurs parents ont ainsi rendu un hommage à la famille très pieuse de ce côté-là en optant pour les prénoms d’archanges et de sainte. 

    12.Ton roman est-il totalement fictif ou as-tu ajouté une part de toi même ?

    Je crois que, sans réellement le vouloir, j’y ai mis de moi. Mes proches qui ont lu le premier tome m’ont dit qu’ils me voyaient en Cathye. Un ami m’a même confié qu’il m’entendait parler tout en lisant et qu’il lui a fallu terminer le premier chapitre pour vraiment se dire que c’était un livre ! Enfin, il y a des clins d’œil à certains membres de ma famille : ma mamie qui m’a donné ce goût à la lecture, mes parents, etc… 

    13.Pourquoi les lecteurs devraient-ils lire ta série, à ton avis ? 

    Je suis nulle pour me vendre… 

    Je dirais simplement que s’ils désirent voyager et découvrir un peuple, une histoire, une romance, un mythe, une pratique du Kenjutsu, qu’ils n’hésitent pas. Mais avant toute chose, comme pour n’importe quel roman ayant une touche de fantastique ou de paranormal, il faut rester ouvert ! 

    14.Cette série est-elle ton premier écrit ou en as-tu d'autres à ton actif ? Si oui, lesquels et de quels genres ? 

    C’est le tout premier que j’ai terminé et pas perdu ! Mdr 

    15.As-tu d'autres projets en vue ? Si oui, lesquels ? 

    Alors, évidemment que j’ai plein de projets. À quand les journées de 48h ? 

    J’ai terminé un manuscrit que je vais proposer très bientôt : un premier tome d’une série d’Urban Fantasy où on retrouve vampires et loups-garous mais pas de la façon dont on s’y attend… Quant à mon héroïne, j’espère qu’elle va surprendre ! 

    J’ai également écrit un texte court qui, s’il est accepté, ne sortirait qu’en numérique à la période d’Halloween (car c’est un des thèmes de ce texte), et s’il plait, pourrait avoir une suite sous forme de textes courts avec pourquoi pas une intégrale à la fin. 

    Ensuite, j’ai l’idée d’un récit de dystopie dont j’ai la totalité de la trame en tête, d’une romance et même d’un thriller (à voir, j’aimerais bien tenter des genres différents). 

    16.Veux-tu rajouter quelque chose pour finir ? 

    Le monde de la littérature a toujours été un refuge pour moi et ce dès toute jeune. Depuis qu’Incandescente a été accepté, je suis sur un petit nuage. Je prends un tel plaisir à partager, à discuter avec des lecteurs, que je profite de ces instants au maximum… 

    Et chers Rebelles, je suis plus que ravie que vous ayez pensé à moi pour cette interview. Je lis votre magasine depuis 3 ans, depuis la création de mon blog littéraire d’ailleurs, et je ne pensais pas un jour en faire partie ! 

    Enfin, un petit mot pour mes lecteurs qui me soutiennent quotidiennement. J’ai fait de très belles rencontres (je pense à ma petite Belge qui se reconnaitra), j’ai eu des échanges par mail très enrichissants qui ensoleillaient mes journées, et j’adore me faire bousculer lorsqu’on me demande : à quand la suite ?

     

    Interview " si" 

    ·         Si tu avais une baguette magique, qu'en ferais-tu ? Je terminerais ma maison afin d’avoir une belle bibliothèque où seraient rangés parfaitement chacun de mes précieux livres ! 

    ·         Si tu pouvais vivre à une autre époque, laquelle choisirais-tu ? Les années 60-70 et la mode hippie. 

    ·         Si tu devais revivre une journée sans arrêt, quelle serait-elle ? Mon mariage, là où presque tous mes proches étaient présents d’autant plus que, maintenant, il en manque. 

    ·         Si tu pouvais changer quelque chose dans ta vie, qu’est-ce que ce serait ?  Avoir fait des études dans les métiers du livre, commencer à écrire plus tôt et avoir plus confiance en moi.  

     

    Portrait chinois : (donne la réponse et le pourquoi, STP)  

    ·         Si tu étais une chanson tu serais... Il était là de Michel Sardou. Rien que de penser aux paroles, j’ai la boule à la gorge. Mon père est et restera le premier homme de ma vie.  

    ·         Si tu étais un être surnaturel, tu serais... un loup-garou. Pour avoir cette sensation de liberté en courant dans les forêts… Mais un beau loup-garou qui ressemble à un vrai loup !!! 

    ·         Si tu étais un poème, tu serais... La Rêveuse d’Alphonse Daudet. Un auteur de ma belle région, un titre qui me décrit parfaitement. 

    ·         Si tu étais un genre littéraire, tu serais... du Fantastique. J’aime sortir de l’ordinaire, de la vie quotidienne… 

    ·         Si tu étais un animal mythologique, tu serais... le phénix, évidemment. Il peut renaître de ses cendres, il est libre et comme la plupart des oiseaux, il peut voler… un rêve ! 

    ·         Si tu étais le personnage d'un roman, tu serais... j’avoue que j’aimerais être beaucoup de personnages pour avoir l’une ou l’autre de leurs qualités. Mais celle qui me correspond le plus et qui m’a toujours touché, c’est Andromaque. Une mère prête à tout pour son fils. 

     Version .pdf pour les Rebelles-webzine :


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :