• 10 - ITW Laura Black


    Laura Black
     nous parle de son roman « La meute de Mervent »

    Bonjour, Laura Black, tout d’abord je te remercie d’avoir bien voulu répondre à ce jeu de question/réponse ;-) merci à toi happy

    1.   Peux-tu te présenter ?

    Je vis sur la côte vendéenne où je suis née il y a quelques années et des brouettes. Je profite des petites joies du quotidien avec mes deux enfants et nos deux chiennes. Je suis plutôt quelqu’un d’optimiste et de solitaire, ce qui explique mon goût (ou est-ce l’inverse ?) pour l’écriture et la lecture.wink2 

    2.   L'écriture est-elle ton métier ou en as-tu un autre ? 

    J’adorerais que ce soit mon métier, mais pour le moment j’ai un job, l’écriture tenant le rôle de passion. 

    3.   Depuis combien de temps écris-tu ?

    J’écris depuis que j’ai 7 ans, mais j’ai vraiment commencé à noircir des pages et des pages vers 13 ans.

    4.   Qu’est-ce qui t’a donné l’envie d’écrire, en général ?

    L’envie première, je ne sais pas. Ça devait être inscrit dans mes gènes. wink2

    5.   Où puises-tu ton inspiration ? Quelles sont tes habitudes d'écriture ? (heure, endroit, rituel ?...)

    L’inspiration vient de tout ou rien, d’un détail ou d’une envie de réinventer. Plus jeune, j’ai eu besoin de m’échapper dans mon monde et c’est devenu quelque chose qui s’est inscrit dans ma façon d’être. Je rêvasse beaucoup et des tas d’histoires naissent ainsi. Je les retranscris ensuite, sur mon ordinateur ou dans l’un de mes carnets à idées. Je les développe selon l’inspiration et l’envie. Quand j’écris, je ne m’attache pas au lieu ou à l’heure. C’est plus la disponibilité du moment et l’envie qui me guide. J’essaie cependant d’écrire un peu tous les jours ou, en tous cas, très régulièrement. 

    6.   Qu’est-ce qui t’a inspiré pour écrire ce roman ?

    Le roman la meute de Mervent est né d’une sorte de défi. J’installe souvent mes intrigues à l’étranger et plusieurs personnes me l’ont fait remarquer dans un laps de temps très court. Comme j’aime les challenges, je me suis lancée le défi de situer mon texte en France et en particulier dans une région que je connais bien. À l’époque, j’étais focalisée sur les métamorphes et j’avais trouvé un appel à textes qui justement se centrait sur eux. Voilà comment est partie l’idée de départ.

    7.   Peux-tu nous le présenter, de quoi parle-t-il ?

    La meute de Mervent, c’est la rencontre entre des lycanthropes et une sorcière dont la lignée a été maudite par un mage. Alyssa, se sachant condamnée à court ou moyen terme, est une héroïne, à la base, assez fataliste, mais elle possède un atout non négligeable : une grand-mère déterminée à la sauver. C’est d’ailleurs grâce à cette dernière que les deux sorcières échouent à Turlant, une petite commune vendéenne. La rencontre d’Alyssa avec Erik Laveau, l’alpha de la meute, est explosive et amène mon héroïne à envisager son avenir sous un jour nouveau. Mais disons que les choses ne se passent pas toujours comme on le voudrait et qu’Alyssa ne fait pas que des émules au sein de la meute…

    8.   Si cette histoire est déclinée en plusieurs tomes, combien de tomes comptera-t-elle et à combien seraient espacées les dates de sorties ?

    Cette série comptera 4 tomes et un spin-off. La sortie du tome 2 est prévue pour le 22 août. Le spin-off suit dans la chronologie et est prévu pour janvier. Si tout avance bien, la suite sortira dans l’année.

    Chaque tome se focalise en particulier sur un membre de la meute, mais il permettra de continuer de voir les autres évoluer.

    9.   Comment sont nés tes personnages ?

    L’idée de la sorcière maudite me trottait dans la tête depuis un moment. Je voulais une héroïne forte et en même temps écrasée par la fatalité. C’est d’ailleurs pour rééquilibrer la balance que j’ai créé Honorine, grand-mère tenace et loyale qui se bat quand sa petite-fille a, elle, baissé les bras. Honorine aura cependant son heure de gloire.

    Pour la meute, je souhaitais un groupe assez limité, mais avec des personnalités très différentes. Il y a donc Esteban, Margaux, Elena et Charles. J’ai conçu l’histoire de chacun dès le départ et je sème des indices au fur et à mesure.

    Pour Erik, l’alpha, je ne voulais pas créer un héros surpuissant. Au contraire, je souhaitais mettre en avant un homme avec des faiblesses et se révélant parfois impuissant face aux événements. L’idée qu’il ne soit devenu alpha que parce que son empathie le porte à secourir des loups en souffrance soutient d’ailleurs les développements des prochains tomes.

    L’un des personnages qui a pris une ampleur non prévue dans le tome 1 (et cela se confirmera dans le tome 2) est Luc. Je voulais un « contre-poids » à Erik, mais il s’est imposé de façon tout à fait inattendue. Et je dois dire que je me suis vraiment amusée avec ce personnage…

    10.    Comment as-tu choisi leurs prénoms ? As-tu d’abord eu l’idée du prénom en lui-même ou cela t’est venu après avoir dessiné leur caractère ?

    Alyssa est un prénom que j’adore, le choisir pour mon héroïne était pour moi instinctif.

    Erik est un prénom qui porte une aura de protecteur au sein de ma famille pour des raisons particulières, le choix a été facile.

    De façon général, pour chacun de mes personnages, les prénoms se sont imposés d’eux-mêmes dès que j’ai commencé à travailler leurs personnalités. Certains me demandent quand même quelques recherches, mais j’hésite peu.

    11.    Ton roman est-il totalement fictif ou as-tu ajouté une part de toi même ?

    Le cadre de Turlant, et notamment le château féodal utilisé pour des spectacles, fait partie de cette Vendée que j’aime, qui a utilisé son capital historique pour réhabiliter des lieux, mais aussi de vieux métiers. J’ai voulu mettre ça en avant dans mon roman.

    12.    Pourquoi les lecteurs devraient-ils lire ton roman, à ton avis ?

    Ahhh ! Question piège, j’ai toujours du mal à répondre. Alors je laisserai la parole à une de mes lectrices : « Laura nous embarque directement dans l'histoire, pas de temps de souffler ni de nous ennuyer car nous sommes pris dans la tornade que cette auteure nous jette au visage. Une tornade d'émotions, de tensions, d'interrogations. J'ai eu les papillons !! »

    13.    Ce roman est-il ton premier écrit ou en as-tu d'autres à ton actif ? Si oui, lesquels et de quels genres ?

    J’ai écrit deux textes courts (une romance et un fantastique) et une romance à suspens pour l’honneur de Moira aux éditions l’ivre-book. Sortira fin mai le 1er tome d’une série fantasy aux éditions Reines-Beaux, les sorciers de Fallone.

    En octobre, il y aura aussi, aux éditions Sharon Kena, le 1er tome d’une autre série fantastique, la citadelle des monstres.

    14. As-tu d'autres projets en vue ? Si oui, lesquels ?

    Je me concentre pour le moment sur mes séries, afin que les délais de publication entre chaque tome restent raisonnables. Mais j’avoue quelques infidélités : j’ai écrit un roman historique qui se déroule dans les Highlands.

    15.Veux-tu rajouter quelque chose pour finir ?

    Merci à toi happy

    Interview " si"

    ·         Si tu avais une baguette magique, qu'en ferais-tu ?

    Je choisis la paix pour tous. Je supprime la faim dans le monde et donne à chacun les moyens les plus efficaces pour se soigner. 

    ·         Si tu pouvais vivre à une autre époque, laquelle choisirais-tu ?

    J’aime l’image fantasmée de certaines époques passées, mais je mesure que la réalité se situe à des années lumières (manque de confort basique, médecine à ses balbutiements, position de la femme dans la société…). Bref, même si je me sens parfois en décalage avec mon époque, je dirai aucune, de peur de découvrir l’envers du décor.

    ·         Si tu devais revivre une journée sans arrêt, quelle serait-elle ?

    Aucune. Ce serait renoncer aux futures belles journées, ce serait dommage

    ·         Si tu pouvais changer quelque chose dans ta vie, qu’est-ce que ce serait ? 

    Ne plus avoir besoin de travailler pour écrire à temps plein

     

    Portrait chinois : (donne la réponse et le pourquoi, STP) 

    ·         Si tu étais une chanson tu serais... Hymn for the week end

    ·         Si tu étais un être surnaturel, tu serais... une sorcière

    ·         Si tu étais un poème, tu serais... L’albatros de Baudelaire

    ·         Si tu étais un genre littéraire, tu serais... Fantastique, bit lit en particulier

    ·         Si tu étais un animal mythologique, tu serais... Pégase

    ·         Si tu étais le personnage d'un roman, tu serais... Elisabeth Bennett

    10 - ITW Laura Black

     

    Version .pdf pour les Rebelles-webzine :



    votre commentaire
  • Bonjour, Loïc Lendemaine, tout d’abord je te remercie d’avoir bien voulu répondre à ce jeu de question/réponse ;-) 

    Tu es présent au Salon Fantastique pour présenter « Otherlands by Gaslight », un recueil de nouvelles décrit comme « une vision surnaturelle du 19ème siècle, avec des auteurs prêts à vous faire frissonner... à l'ancienne ! » 

    1.   Qu’est-ce qui t’a incité à prendre en charge la supervision de ce recueil de nouvelles ?

    Otherlands est une communauté d’auteurs. Notre but est de faire découvrir de nouveaux auteurs francophones, de nouveaux textes, et surtout d’offrir aux lecteurs des textes de qualité. En tant que communauté, il est devenu courant pour les membres d’Otherlands de diriger des anthologies à tour de rôle. Pour Gaslight, j’ai eu envie de me plonger dans une période de l’histoire propice au fantastique puisqu’elle a connu de grands bouleversements. J’ai donc lancé cet appel à textes, dans l’espoir de recevoir de quoi surprendre notre lectorat. Et je crois, si j’en juge les retours positifs que nous avons eu sur le recueil, que c’est un pari réussi ! 

    2.   Peux-tu nous le présenter, de quoi parle-t-il ? 

    Otherlands by Gaslight, c’est l’irruption du fantastique dans notre XIXe siècle. C’est la période qui s’étend de la Napoléon à la Première Guerre Mondiale, mais surtout, c’est l’Histoire secrète du monde, celle que les manuels scolaires ne mentionnent pas car peuplée de créatures étranges, de phénomènes mystérieux et inexplicables. Gaslight, c’est un recueil de 14 nouvelles, écrites par des Otherlandais bien connus ou par de petits nouveaux, et qui, tous, ont décidé de nous montrer une facette de ce siècle si proche et pourtant si surprenant. 

    3.   Comment as-tu choisi les textes ? 

    Difficilement ! Nous avons reçu une grande quantité de textes, et il a parfois été très compliqué de faire un choix. Les quatre membres du comité de lecture se sont écharpés farouchement sur le sujet ! Plus sérieusement, le choix de certains textes nous est apparu comme une évidence. Pour d’autre, ce fut plus problématique, car nous avons voulu éviter de sélectionner des récits présentant le même motif. En l’occurrence, Jack l’éventreur est apparu tellement de fois dans les textes reçus que nous aurions pu faire un recueil complet rien que sur lui ! Nous voulions donc varier les sujets, et avons donc dû écarter certains textes excellents, mais dont le thème apparaissait déjà dans d’autres excellents textes. Un vrai crève-cœur ! 

    4.    Cela a-t-il été facile de travailler en coordination avec plusieurs auteurs ? 

    Comme je le disais, Otherlands est une grande famille. C’est donc toujours un plaisir de travailler avec ces grands fous ! Néanmoins, lorsque nous recevons des textes, nous tentons au maximum de faire abstraction du nom de l’auteur pour nous concentrer sur le contenu lui-même. Nous utilisons une grille de notation des textes qui nous permet d’être le plus objectif possible, en nous basant sur les qualités du texte uniquement. C’est ainsi que nous avons rejeté certains textes d’Otherlandais appréciés, et que nous en avons sélectionné d’auteurs complètement inconnus. C’est parfois dur, mais c’est un gage de qualité ! 

    5.    Qui a choisi le thème de cette anthologie et pourquoi ? 

    J’ai choisi ce thème, car j’avais envie de voir ce que nous pouvions faire. Le XIXe siècle est tellement propice au fantastique qu’il fallait que nous tentions l’expérience ! Imaginez Jules Verne, ou Bram Stocker, et mâtinez-le d’Otherlands : vous obtenez Gaslight ! Et je crois que ça marche, car le public a plutôt bien réagi jusqu’à présent à cette anthologie. 

    6.    Pourquoi les lecteurs devraient-ils lire ce recueil de nouvelles, à ton avis ? 

    Tout d’abord, les textes sont vraiment bons. On y trouve de tout, de Jack l’éventreur à Napoléon, en passant par le Japon. De l’horreur la plus noire à l’humour absurde et aux références geeks. Mais tous les textes, sans exception, font partie de la littérature fantastique, ce qui est la marque de fabrique d’Otherlands. Chacun y trouvera son compte, qu’on cherche à se faire peur, ou bien à s’instruire sur la période. Car non content de nous fournir une anthologie fantastique, les auteurs se sont aussi documentés suffisamment pour nous offrir un XIXe siècle crédible ! 

    7.    Veux-tu évoquer ici une autre parution chez Otherlands, « Creepy Christmas, Créatures des Otherlands volume 2 » ? 

    Creepy Christmas est un recueil de nouvelles qui, comme son nom l’indique, est centré sur Noël. Quatorze auteurs nous livrent leur vision parfois perturbée de Noël, pour notre plus grand plaisir. Et chose curieuse, ce recueil plait vraiment, c’est une vraie réussite ! C’est le best-seller des Otherlands, nous pouvons le constater à chaque salon. Plus personnellement, on y trouve ma nouvelle « Santa vs. Ded Moroz : un conte de Noël » qui est ma version fantastique de la lutte des classes en pleine Guerre Froide. Je n’en dit pas plus ! 

    Créature des Otherlands volume II traite des monstres en tout genre et fait suite au volume I. Il n’y a jamais assez de place pour parler de nos peurs ancestrales ! Il y a donc des créatures, des monstres et autres bestioles à la sauce Otherlands. La mienne, dans « Bou-Bou by night », vous fera regarder le Bois de Boulogne d’un œil neuf… 

    8.    Dans ta série « Skaljamund » chez Nutty Sheep éditions, les « méchants » sont des hommes-poissons : comment t’es venue cette idée ? As-tu été traumatisé par Patrick Duffy dans l’Homme de l’Atlandide (LOL) ? 

    Alors curieusement, je ne connaissais pas du tout l’Homme de l’Atlantide ! Mais je crois que les Hommes-poisson sont des créatures que l’on retrouve régulièrement dans le fantastique : on peut par exemple penser à Lovecraft, aux sirènes, ... Quant à savoir comment m’est venue l’idée, je serais incapable de le dire ! Je me souviens juste avoir pris énormément de notes pour le premier épisode au bord d’un plan d’eau à Cologne en Allemagne. Faut-il y voir un lien ? 

    9.    As-tu d'autres projets en vue ? Si oui, lesquels ? 

    Un écrivain a toujours d’autres projets en tête ! Après, il faut les concrétiser, et là c’est tout de suite plus difficile. Tout d’abord, il va y avoir la publication en août d’un roman de Fantasy assez sombre, aux éditions La Völva. Une histoire d’exilé, de complot et de magie. Ensuite, il faut que je m’attaque sérieusement à un projet pour Otherlands, un roman qui fera suite à l’une de mes nouvelles. Et bien sûr, il y a l’écriture de la saison 2 de Skåljamund qui germe petit à petit dans mon esprit… 

    10.Veux-tu rajouter quelque chose pour finir ? 

    Pour finir, je ne peux que vous dire à tous : lisez ! Lisez, encore et encore ! Evadez-vous, rêvez, et surtout, soutenez les petits éditeurs et les jeunes plumes ! Ceux-là aussi ont de quoi vous surprendre !

     

    11 - ITW Loïc lendemaine

     

    OTHERLANDS

     

    Voici le lien du site d'Otherlands:
    http://welcometootherlands.wixsite.com/otherlands
    Il y a pas mal d'info dessus, des bio d'auteurs, les AT en cours,...
    Et s'il y a des questions plus précises, ne pas hésiter à poser la question sur facebook:
    https://www.facebook.com/welcometootherlands/

    Version .pdf pour les Rebelles-webzine :


    votre commentaire
  •  

     ITW Mélanie baranger

    Mélanie Baranger nous parle de son roman « Au-delà des Limbes »

    Bonjour, Mélanie Baranger, tout d’abord je te remercie d’avoir bien voulu répondre à ce jeu de question/réponse ;-)

    1. Peux-tu te présenter ? Je me nomme Mélanie, j’ai 28 ans.
    2. L'écriture est-elle ton métier ou en as-tu un autre ? Je suis conseillère ESF.
    3. Depuis combien de temps écris-tu ? Depuis mes 14 ans, mais ma maman a retrouvé des vestiges quand j’avais 6 ans.
    4. Qu’est-ce qui t’a donné l’envie d’écrire, en général ? Ma maman, qui écrivait nos histoires lorsque nous étions petites. La lecture, certainement.
    5. Où puises-tu ton inspiration ? Quelles sont tes habitudes d'écriture ? (heure, endroit, rituel ?...)  Inspiration : Un peu partout, de faits réels ou dans mes rêves. Habitudes : Le soir, après le travail, j’écris avant la préparation du repas. Sinon je prends des notes : dans le métro sur un bloc note, si l’idée est là, ou en pause, au travail...
    6. Qu’est-ce qui t’a inspiré pour écrire ce roman ? Victoria, la sœur d’Ambre est une personne qui existe vraiment et qui a peur de sa vision des fantômes. Tout est parti de là.
    7. Peux-tu nous le présenter, de quoi parle-t-il ? Il raconte l’histoire d’Ambre, qui suite à un accident se retrouve dans le coma. Toute l’histoire se déroule dans cet entre-deux. Elle va y rencontrer des fantômes, des âmes…
    8. Si cette histoire est déclinée en plusieurs tomes, combien de tomes comptera-t-elle et à combien seraient espacées les dates de sorties ? C’est un tome unique, néanmoins je prévois d’écrire quelque chose sur Victoria, sa sœur. Le roman est à peine tracé.
    9. Comment sont nés tes personnages ? Je crois qu’ils sont nés au fils de l’histoire, je savais quels points je souhaitais aborder et j’ai créé, pour cela, les personnages.
    10. Comment as-tu choisi leurs prénoms ? As-tu d’abord eu l’idée du prénom en lui-même ou cela t’est venu après avoir dessiné leur caractère ? Victoria, c’était plus simple, je voulais un raccourci avec Vic, donc c’était tout choisi. Pour Ambre, c’est venu comme ça. Jérôme, c’est le prénom du premier garçon dont j’ai été amoureuse. Le frère de ma meilleure amie. Pour les autres, j’ai fait davantage de recherche, comme pour Nour, où je voulais trouver le sens du prénom. C’était important pour moi.
    11. Ton roman est-il totalement fictif ou as-tu ajouté une part de toi même ? Je pense qu’on met toujours un peu de soi dans un roman. Bien sûr, cela reste de la fiction, néanmoins Victoria existe bel et bien, même si ce n’est pas son prénom.
    12. Pourquoi les lecteurs devraient-ils lire ton roman, à ton avis ? Je pense que les lecteurs peuvent se retrouver dans au moins un des personnages, de par leur vécu. Néanmoins, je pense que le côté réalité, mélangé avec le paranormal peu convenir à beaucoup de monde. Il y a aussi ce côté humain, solidaire, l’espoir, qui touche souvent les lecteurs.
    13. Ce roman est-il ton premier écrit ou en as-tu d'autres à ton actif ? Si oui, lesquels et de quels genres ? C’est mon premier écrit publié par une maison d’édition. J’ai sorti deux autres romans, dans le but de soutenir des associations.
    14. As-tu d'autres projets en vue ? Si oui, lesquels ? Oui, bien sûr. De l’errance au destin sortira fin novembre, chez SEE. Et Confession d’une ronde, début 2018, chez Rebelle. Ensuite j’attends des réponses de certaines maisons et j’écris en parallèle.
    15. Veux-tu rajouter quelque chose pour finir ? Merci de m’accorder cette interview.

    Interview " si"

    • Si tu avais une baguette magique, qu'en ferais-tu ? Il y a tellement de chose que je souhaiterais faire. Plus d’abandon animal. Une maison pour ma maman et une pour moi. Voir mes amis heureux…
    • Si tu pouvais vivre à une autre époque, laquelle choisirais-tu ? 18eme siècle, même si la place de la femme n’est pas la meilleure, j’adore les robes, les chapeaux, les femmes avaient une certaine classe.
    • Si tu devais revivre une journée sans arrêt, quelle serait-elle ? Une journée de vacance, sans doute.
    • Si tu pouvais changer quelque chose dans ta vie, qu’est-ce que ce serait ? Ne pas vivre dans 19m².

    Portrait chinois : (donne la réponse et le pourquoi, STP)

    • Si tu étais une chanson tu serais... La lettre à Élise de Beethoven.
    • Si tu étais un être surnaturel, tu serais... Je pense que je serais un vampire, mais qui se nourrirait de lecture. Ça doit bien exister, non ? En tout cas ça me serait bien pratique !
    • Si tu étais un poème, tu serais... Je ne suis pas une grande amoureuse de la poésie. Je dirais Le dormeur du val de Rimbaud, le seul dont je me souviens car il m’avait beaucoup touché.
    • Si tu étais un genre littéraire, tu serais... la romance victorienne, pour les robes, les chapeaux, la romance.
    • Si tu étais un animal mythologique, tu serais... Je pense que je serais un griffon. C’est majestueux, puissant, noble…
    • Si tu étais le personnage d'un roman, tu serais… Élisabeth Bennet, bien sûr ! L’héroïne d’Orgueil et Préjugés, de Jane Austen.

     Version .pdf pour les Rebelles-webzine :


    votre commentaire
  • ITW Mélanie Wency

    Mélanie Wency nous parle de ses romans l’envers du paradis T1, 2 et 3

    Bonjour, Mélanie Wency , tout d’abord je te remercie d’avoir bien voulu répondre à ce jeu de question/réponse ;-)

    1. Peux-tu te présenter ?

    Je suis une grande timide, qui cache en réalité un démon de la gourmandise, totalement accro au chocolat sous toutes ses formes. Mes vingt-sept ans s’approchent à grands pas, mais j’ai conservé mon âme d’enfant qui me permet de rêver et cultiver mon imagination.

    2. L'écriture est-elle ton métier ou en as-tu un autre ?

    L’écriture est un plaisir puisqu’il est très difficile d’en vivre. Afin de remplir mon frigo et mes placards de gâteaux, je suis infographiste.

    3. Depuis combien de temps écris-tu ?

    J’écris depuis plusieurs années, depuis mes années de lycée, plus exactement. Une petite dizaine d’années, je dirais.

    4. Qu’est-ce qui t’a donné l’envie d’écrire, en général ?

    L’évasion. L’écriture m’a permis d’extérioriser dans un premier temps, de mettre des mots sur mes émotions, des ressentis sur les expériences et épreuves de la vie. La lecture d’un livre m’a ensuite donné envie de faire vivre mon imagination débordante au travers de personnages et d’univers.

    5. Où puises-tu ton inspiration ? Quelles sont tes habitudes d'écriture ? (heure, endroit, rituel ?...)

    Je puise mon inspiration dans diverses sources, elle me vient principalement lors des moments où je m’évade. Je profite de mes longues heures de transports pour réfléchir et mettre en place des plans machiavéliques pour titiller mes personnages.

    Je suis plus productive en fin de soirée, mais comme mon travail sur la région parisienne ne m’offre pas beaucoup de temps, j’écris de manière totalement décousue. Je n’adopte pas d’habitudes d’écriture, je m’y attelle dès que je le peux et que ma muse s’installe à mes côtés pour une petite séance.

    6. Qu’est-ce qui t’a inspiré pour écrire ces romans ?
    L’envers du Paradis est une histoire qui me suivait depuis quelque temps. Kassia s’est imposée alors que je travaillais sur un autre texte que j’ai abandonné pour me consacrer à ses aventures. Dans ces trois tomes, on peut trouver des petits moments personnels, des victoires ou des défaites, mais aussi des rêves.

    7. Peux-tu nous les présenter, de quoi parlent-ils ?

    Il s’agit d’une trilogie fantastique Young Adult mettant en scène une jeune lycéenne qui va découvrir l’existence d’un univers où des êtres à plumes et à cornes se mêlent aux humains. Kassia devra s’entourer d’alliés afin de retrouver l’âme de son meilleur ami dérobée par un démon. Elle partira alors à sa recherche, prête à traverser l’enfer ou à frapper aux portes du paradis, jusqu’à se trouver elle-même.

    8. Comment sont nés tes personnages ?

    Je n’explique pas réellement la naissance de mes personnages. Ils peuvent être une part de moi-même, celle que je ne suis pas ou celle que je deviendrais demain. Ils viennent d’eux-mêmes, ils prennent les rênes de leurs propres vies puis ils s’imposent jusqu’à devenir des compagnons de voyage. En ce moment, mes petits démons Kiryan et Lexis me manquent énormément.

    9. Comment as-tu choisi leurs prénoms ? As-tu d’abord eu l’idée du prénom en lui-même ou cela t’est venu après avoir dessiné leur caractère ?

    J’aime rechercher des prénoms en fonction des caractères. Certains collent parfaitement aux personnages, d’autres sont simplement inventés pour le plaisir. Parfois, je mets des JOURS à trouver LE prénom pour un personnage. Il ne faut pas croire, ils ont aussi leur mot à dire, toujours !

    10. Tes romans sont-ils totalement fictifs ou as-tu ajouté une part de toi même ?

    Je pense que l’on met toujours une petite part de soi dans nos histoires. C’est le cas avec L’envers du Paradis, on retrouve des traits de caractère ainsi que… quelques vengeances personnelles. Il m’arrive de me défouler sur mes personnages, de leur faire vivre un enfer juste pour le plaisir ou pour décompresser. Donc, même s’ils sont toujours fictifs, ceux qui me connaissent très bien peuvent me retrouver entre les lignes. 

    11. Pourquoi les lecteurs devraient-ils lire tes romans, à ton avis ?

    Pourquoi pas ? Il s’agit d’une aventure auprès d’anges et de démons, ça peut être une expérience plutôt sympa, non ? Il faut se laisser tenter par le fantastique, il permet de sortir du quotidien et de vivre de belles histoires. Et puis, si je dois donner un argument pour vous donner envie de lire L’envers du paradis, ce serait : KIRYAN !

    12. Ce roman est-il ton premier écrit ou en as-tu d'autres à ton actif ? Si oui, lesquels et de quels genres ?

    La trilogie est la première éditée. Bien sûr, j’ai des manuscrits qui se perdent dans mon dropbox, mais je ne compte pas les sortir de ce tiroir numérique.

    13. As-tu d'autres projets en vue ? Si oui, lesquels ?

    J’ai de nombreux projets en cours, des histoires s’imposent doucement puis prennent forme. Pour le moment, je ne préfère pas m’avancer, je vous laisse la surprise. On restera toujours dans l’imaginaire, toujours.

    14. Veux-tu rajouter quelque chose pour finir ?

    Merci pour cette interview <3

    Merci à tous mes lecteurs <3

    Merci pour cette belle aventure <3

    Interview " si"

    • Si tu avais une baguette magique, qu'en ferais-tu ?

    Je m’en servirais pour séduire Ian Somerhalder, bien sûr.

    • Si tu pouvais vivre à une autre époque, laquelle choisirais-tu ?

    Le futur, j’évite de regarder en arrière.

    • Si tu devais revivre une journée sans arrêt, quelle serait-elle ?

    Ma première soirée avec mon homme (tellement épique !)

    • Si tu pouvais changer quelque chose dans ta vie, qu’est-ce que ce serait ?

    Mon adolescence, certainement, j’aurais aimé en profiter davantage.


    Portrait chinois : (donne la réponse et le pourquoi, STP)

    • Si tu étais une chanson, tu serais... toutes les chansons Disney. TOUTES !
    • Si tu étais un être surnaturel, tu serais... un ange, même si ma part sombre se rebelle à cette idée.
    • Si tu étais un poème, tu serais... un poème d’amour, bien entendu.
    • Si tu étais un genre littéraire, tu serais... du fantastique !
    • Si tu étais un animal mythologique, tu serais... une sirène pour parcourir les océans et faire attraper de beaux mâles dans mes filets.
    • Si tu étais le personnage d'un roman, tu serais... Cat de la série Chasseuse de la nuit (juste parce que je suis amoureuse de Bones)

    votre commentaire
  • ITW Nathalie Di MéglioNathalie Di Meglio nous parle de son roman L’Ordre des gardiens – Tome 1 L’élue

     

    Bonjour, Nathalie Di Meglio , tout d’abord je te remercie d’avoir bien voulu répondre à ce jeu de question/réponse ;-)

     

    1.   Peux-tu te présenter ? 

    Nathalie Di Méglio 49 ans, mariée, deux garçons, La musique, le cinéma, la nature et les animaux me passionnent en général (J’ai deux chiens et deux chats, et encore, parce que je me retiens). 

    J’ai fait partie d’un groupe de Métal, où j’assumais la guitare, le chant et la composition des titres pour la partie musicale et les paroles. (Je conserve jalousement de cette période mon vieil ampli et ma guitare). J’admire toutes les personnes capables d’exécuter un quelconque travail artistique (Poterie, couture, cuisine, meuble, peinture, musique, dessins…) Je trouve cela bénéfique pour soi, et cela permet de s’ouvrir aux autres. Je déteste les gens imbus et de mauvaise foi, J’aime les personnes franches et honnêtes. 

     2.   L'écriture est-elle ton métier ou en as-tu un autre ?   

    C’est principalement une passion et un loisir.

    Je suis chef d’entreprise depuis 17ans (c’est un comptoir hydraulique). Le métier que j’exerce, je l’ai appris sur le tas. 

    3.   Depuis combien de temps écris-tu ? 

    J’ai toujours aimé écrire, enfant j’avais un cahier de poèmes, et j’adorais écrire à mes amis de vacances. Au collège, j’ai pu participer à l’écriture de deux pièces de théâtre, à leurs mises en scène, et faire partie des acteurs. Après, il y a eu la musique, et là j’ai pris un réel plaisir à écrire les textes en anglais ou en français. Mais le début de mon aventure avec l’écriture d’un roman a débuté le 25 avril 2009. Cinq mois plus tard, l’Ordre des Gardiens était né. 

    4.   Qu’est-ce qui t’a donné l’envie d’écrire, en général ? 

    Incontestablement, les histoires que je dévorais dans les livres. 

    5.   Où puises-tu ton inspiration ? Quelles sont tes habitudes d'écriture ? (heure, endroit, rituel ?...) 

    La vie en général est une source d’inspiration. Tous les livres que j’ai pu lire, les films ou séries que j’ai pu voir. La nature à elle seule est une vaste source d’inspiration, un paysage, un coucher de soleil, un clair de lune, la mer, les arbres, le vent, la pluie… et enfin, observer les animaux, les gens qui m’entourent, une émotion, une expression, un regard…, voler un cours instant peut déclencher toute une histoire.

    J’écris le soir entre 21H00 et 1H00 la semaine, le week-end j’aime écrire en fin d’après-midi, quand le soleil décline. Toujours accompagnée de musique avec le casque sur les oreilles, pour m’isoler totalement, et me laisser emporter au gré des notes et des mots. Sinon, je griffonne facilement sur un bout de papier, ou bien je dicte une idée au dictaphone pour ne pas l’oublier, cela peut se passer  à n’importe quel moment de la journée. 

    6.   Qu’est-ce qui t’a inspiré pour écrire ce roman ? 

    J’ai toujours aimé l’époque préhistorique, savoir qu’il y a des milliers d’années la terre naissait, est quelque chose d’extraordinaire et ma toujours intéressée. Un mélange de lecture entre les romans de Jean-Marc Auel, « Les Enfants de la Terre », de « Twilight » de Stephenie Meyer et des séries télé telles que « Buffy contre les vampires » ont fini par m’aider à mûrir cette idée que j’avais en tête. 

    7.   Peux-tu nous le présenter, de quoi parle-t-il ?

    Intrigue Principale : Au départ étaient les Primas, un groupe de sages vivant, depuis que le monde est monde, en accord avec la Nature. À mi-chemin entre le monde des humains et celui des esprits, ils œuvraient à maintenir l’harmonie entre les mondes. Jusqu’au jour où, l’un d’entre eux, Jason décide de s’affranchir de leurs règles, de ne plus revenir des Ténèbres, d’y créer son armée, celle des Ombres, remettant en cause l’équilibre millénaire entre le bien et le mal. Les Primas décident alors, pour le contrer de créer une lignée capable de combattre cette menace. Ainsi sont nés les Gardiens.

    Intrigue Secondaire : De nos jours et depuis la nuit des temps, les Gardiens combattent l’armée des Ombres de Jason aidé en cela parfois par une élue, une femme issue du monde des humains et possédant des dons particuliers.
    Les Gardiens vivent selon des règles ancestrales qu’ils respectent jusqu’à l’arrivée dans leur groupe d’Helena, une jeune étudiante arrivée de France accompagnée de son meilleur ami, son chien « Loup ».
    La rencontre d’Hély et de Géraut va bouleverser leurs vies à tous, leurs croyances et l’intégrité du clan. Un amour très fort, interdit par les lois des Primas, va naître entre le chef de Clan et l’Élue en devenir.
     

    8.   Si cette histoire est déclinée en plusieurs tomes, combien de tomes comptera-t-elle et à combien seraient espacées les dates de sorties ? 

    C’est une trilogie. Le premier tome est paru en décembre 2015, le deuxième tome est sorti en décembre 2016, le troisième tome est prévu pour décembre 2017. 

    9.   Comment sont nés tes personnages ? 

    Les principaux personnages se sont imposés à moi. L’histoire principale qu’une lignée d’individus serait apparu il y a des milliers d’années pour protéger l’humanité, est né sans doute de l’influence de mes intérêts pour ce sujet. Une fois que j’ai eu mon intrigue principale, les personnages se sont déclinés les uns derrière les autres au fur et à mesure que l’intrigue avançait. 

    10. Comment as-tu choisi leurs prénoms ? As-tu d’abord eu l’idée du prénom en lui-même ou cela t’est venu après avoir dessiné leur caractère ? 

    Pour les héros, Hély et Géraut, je n’ai pas eu à réfléchir les prénoms, ils se sont imposés d’eux même. Hély est le diminutif d’Helena, je voulais un prénom court. Pour Géraut, je voulais un prénom ancien entouré de mystère et chaud à la prononciation. Ensuite pour ceux qui composent le clan des Gardiens, j’ai d’abord décrit leur caractère et leur prénom s’est très facilement révélé. Pour les plus anciens des Gardiens j’ai dû faire des recherches pour que les prénoms collent avec l’époque à laquelle ils étaient nés.

    Pour le maître des Ombres, Jason est apparu comme une évidence, sans chercher (sûrement des restes de série, comme Fredy) pour ses acolytes, j’ai utilisé les deux fonctions de recherches, le descriptif plus l’époque des personnages. 

    11. Ton roman est-il totalement fictif ou as-tu ajouté une part de toi même ? 

    Oui, certains passages sont inspirés par des faits émanant de moi-même. 

    12. Pourquoi les lecteurs devraient-ils lire ton roman, à ton avis ? 

    Simplement pour donner vie aux Gardiens. Dans cette aventure, j’y raconte leur histoire, mais surtout j’y ai mis tout mon cœur. 

    13. Ce roman est-il ton premier écrit ou en as-tu d'autres à ton actif ? Si oui, lesquels et de quels genres ? 

    Oui, c’est mon premier roman. 

    14. As-tu d'autres projets en vue ? Si oui, lesquels ?  

    Oui, des idées ce n’est pas ce qui manque. Les 100 premières pages d’un roman attendent que je continue une histoire fantastique, qui mêlera réincarnation, mysticisme et sorcellerie. 

    15. Veux-tu rajouter quelque chose pour finir ?  

    J’ai été ravie de faire votre connaissance. Tout lecteur qui s’intéresse à mon roman, prend en l’espace d’un instant une grande importance pour moi. Et rentre tout à coup dans mon cercle d’observation qui peut être délivrera le caractère d’un nouveau personnage. 

    Interview " si" 

    ·         Si tu avais une baguette magique, qu'en ferais-tu ? 

    Je voudrais que les hommes se voient tous égaux, sans heurts ni préjugés.  

    ·         Si tu pouvais vivre à une autre époque, laquelle choisirais-tu ? 

     Les cow-boys. Les westerns ont bercé mon enfance et je suis fan des chevaux. 

    ·         Si tu devais revivre une journée sans arrêt, quelle serait-elle ? 

    Une randonnée à cheval.  

    ·         Si tu pouvais changer quelque chose dans ta vie, qu’est-ce que ce serait ?   

    J’aurais aimé avoir plus de temps auprès de mes enfants quand ils étaient petits. 

    Portrait chinois : (donne la réponse et le pourquoi, STP)

    ·         Si tu étais une chanson tu serais... « Nothing else matters » (rien d’autre ne compte) de Metallica Je suis une fan du groupe, c’est une chanson qui évoque l’amour.  

    ·         Si tu étais un être surnaturel, tu serais...un loup garou, pour sa capacité à être moitié homme et moitié bête. 

    ·        Si tu étais un poème, tu serais...     « Le soldat du val » d’Arthur Rimbaud. C’est un poème déchirant, troublant qui évoque la vie et la mort de façon si tragique et si poétique qu’il me laisse à chaque fois saisie.  

    ·         Si tu étais un genre littéraire, tu serais... Historique, le passé des hommes est si riche, c’est une connaissance si vaste, c’est à partir de ces bases historiques que nous avons évolué vers les hommes que nous sommes devenus et que nous construirons notre futur. Et malheureusement, nous oublions trop souvent les expériences du passé.

    ·         Si tu étais un animal mythologique, tu serais...Pégase. Un cheval ailé, d’abord pour son côté cheval, ensuite pour ses ailes, les deux ensembles allie la liberté, la force et la sagesse. 

    ·         Si tu étais le personnage d'un roman, tu serais...Robin des bois, pour sa fougue, son sens de la justice et son dévouement à toujours vouloir défendre le plus faible. Ou encore D’Artagnan prêt à vouloir déjouer les intrigues de la cour pour défendre une cause honorable. 

     

    13 - ITW Nathalie Di Méglio

     

     Version .pdf pour les Rebelles-webzine :


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique